En quoi nos modes de vie peuvent agir sur la mobilité ? (2/3)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

La relation entre nos modes de vie et la mobilité est permanente. Cette relation est directe ou indirecte. Nous avons besoin de nous déplacer à titre personnel ou professionnel et les biens que nous consommons circulent également.

Si le sujet de la mobilité occupe une place si importante aujourd’hui, c’est que nous sommes en situation de crise. Classons les effets en trois catégories :

  • Economique : Le prix du litre de carburant est une référence pour chacun. Son prix est passé de 1€ à 1,50€ en 2 ans et ne peut baisser dans le futur. Les causes principales de cette hausse sont l’augmentation du coût de la production et le traitement de la pollution engendrée.
  • Temps de transport : Les transports en communs et les réseaux routiers sont saturés. On passe de plus en plus de temps dans les transports.
  • Environnement : La production d’énergie occasionne de plus en plus de dégâts écologiques. Dans les villes, des pics sont atteints très fréquemment et sur des durées de plus en plus longues. Les voitures, bus et camions sont responsables de 74% des émissions de CO2.

#1 – La relation directe de nos modes de vie sur la mobilité

 

 

Nos façons de nous déplacer pour nos besoins personnels et professionnels sont des actions directes. Nous pouvons privilégier un moyen plutôt qu’un autre et faire évoluer nos habitudes. C’est certainement le point le plus délicat, « changer nos habitudes »… Au quotidien, il faut aller vite, être efficace et régler rapidement l’intendance. Modifier son mode de vie nécessite que l’on prenne le temps de la réflexion pour trouver, définir et mettre au point une nouvelle organisation.

Vos actions quotidiennes en Euros et minutes pour comprendre

Le temps et l’argent sont les deux contraintes majeures qui nous font réagir vite. Voici deux exemples intéressants :

Exemple 1 :

Une statistique révélatrice indique qu’1 déplacement sur 2 fait moins de 3 km.

Si vous habitez à 1 km de la boulangerie, la différence par an entre le moyen de transport utilisé est considérable.

  • A vélo, 8 mn aller/retour, coût 0,85 € pour la baguette et 0,04 € pour le vélo, soit 0,89 €
  • En voiture, 10 mn aller/retour (temps de stationnement inclus), coût 0,85 € pour la baguette et 1 € pour la voiture (coût de revient 0,50€/km pour une citadine)

Pour un temps équivalent, la différence à l’année est de 360 € de coût direct en utilisant la voiture. »

Exemple 2 :

La vitesse moyenne en France est de 48 km/h et 14 km/h dans les villes. La distance moyenne pour aller travailler est de 23 km. A raison de 5 jours par semaine, sur une année :

  • Le temps de trajet cumulé représente : 107 h soit presque 3 semaines d’équivalent travail.
  • Le coût, pour une citadine (207, C3, Clio) 0,50 €/km : 2 587,50 €
  • L’empreinte carbone : 776 Kg de CO2

Nos déplacements professionnels sont l’équivalent en temps de nos vacances d’été et représentent un mois de salaire.

Les habitudes banales de la vie quotidienne exprimées en Euros et en minutes prennent une dimension nouvelle !

#2 – La relation indirecte de nos modes de vie sur la mobilité

 

 

Notre manière de consommer agit indirectement sur la mobilité. La simple consommation de produits alimentaires « hors saison » oblige à les cultiver dans une autre région du monde. D’autres exemples existent, notamment sur les produits manufacturés à bas coût qui doivent être acheminés sur de longues distances.

Une traduction peu connue de notre consommation

Nos commandes se traduisent donc en kilomètres parcourus pour être acheminées jusqu’à nous.

Un pot de yaourt peut parcourir plus de 9000 km. Il est composé de lait, levures, fruits, sucre, pot, couvercle, étiquette et livré au domicile ou point de vente. L’ensemble des distances parcourues par ingrédient représente ce global considérable.

Un sujet mondial où chacun est acteur

Nous comprenons tous que nous sommes les seuls acteurs de nos vies. Revoir certaines de nos habitudes et modifier nos modes de vie (lien : rechercher un espace base10) sont des actions à entreprendre sans tarder. Nous découvrirons dans le prochain et dernier article que les problématiques liées à la mobilité peuvent être traitées de façon très innovante.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Vincent Panier

Vincent Panier

En créant base10, nous bâtissons chaque jour un formidable univers dans lequel les rencontres professionnelles créent de réelles opportunités.

Vous aimerez aussi

Les outils digitaux, du virtuel au réel ?

A l’ère du digital et du développement de l’intelligence artificielle, paradoxalement, on voit apparaitre une véritable dynamique de rencontre physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *