Réduire le coût de déplacement en réorganisant le travail et la mobilité

Quelle est la consistance du coût de déplacement ? Quelle optimisation est possible ?

Le coût de déplacement est devenu une notion globale. En réalité, l'opinion s'est rendue compte que le coût de déplacement ne concernait pas seulement l'aspect financier.

Coût de déplacement - travail à distance

En effet, le déplacement coûte : 

• Financièrement

• En temps

• En impact sur l’environnement 

• En qualité de vie

L’aspect financier est assurément le plus simple à déterminer. Ainsi, le coût du carburant, de l’entretien, du financement d’un véhicule, celui d’un transport en commun … offrent une lecture directe. 

Pour apprécier le vrai coût en temps, il est nécessaire de mesurer le temps utilisé. Mais toute réflexion faite, il faut imaginer surtout à quoi ce temps aurait pu être consacré pour en estimer sa vraie valeur.

Le coût de déplacement sur l’environnement est complexe à déterminer. Hormis la pollution directe dégagée par le moyen de déplacement, les infrastructures nécessaires ont un impact direct et durable.

La qualité de vie est certainement le critère où le coût de déplacement est le plus élevé. En somme, la hausse des coûts de l’immobilier et la spécialisation des territoires ont entrainé l’augmentation des distances à parcourir. En premier lieu, le coût de déplacement s’exprime systématiquement en euros, en heures et en CO2. Tandis que la fatigue, le stress, l’ennui que le déplacement engendre ne sont pas comptabilisés.

En réalité, cette approche globale nous enseigne que les axes d’optimisation sont multiples. En résumé, admettre que changer ses habitudes soit possible constitue le premier pas à réaliser pour réduire le coût de déplacement.

Coût de déplacement - mieux faire

Pourquoi parlons-nous autant de la mobilité ?

Par ailleurs, l’évolution des mentalités et de la technologie a accéléré l’émergence de nouvelles organisations. Jusqu’alors, il n’y avait pas d’alternative aux déplacements. En effet, le travail tertiaire s’exécutait depuis un bureau attitré et les réunions dans les locaux privatifs. En fait, ce modèle a perdu au fil du temps sa toute puissance sans que personne ne le voit vraiment. 

En réalité, la violence du confinement n’a fait qu’émerger un sujet latent. Ainsi, la possibilité de pouvoir faire autrement a créé un nouvel univers excluant la nécessité de se déplacer.

En résumé, si le sujet de la mobilité est si présent aujourd’hui, c’est qu’il est protéiforme : 

• Amélioration du pouvoir d’achat des usagers

• Ré-organisation du territoire

• Baisse du trafic sur axes routiers et transports en commun

• Diminution des rejets polluants

• Hausse de la qualité de vie

Tout compte fait, faire autrement n’était jamais entré dans le champ des possibles parce les habitudes ont la vie dure ! 

En conclusion, le coût de déplacement admis dans sa globalité nourrit les réflexions sur la mobilité. Par conséquent, le traitement global de ce sujet améliorera la vie de toutes et tous. Finalement, le centre de gravité qu’il représente le rend incontournable.